2015
Soins de santé

Sabine L. Distler, directrice de St. Elisabeth

Quel défi a été la source d’inspiration de votre projet ?

Nous savions dès le départ que nous voulions faire de St. Elisabeth un endroit qui offrait les meilleures conditions de vie et d’hébergement pour les personnes âgées. Il est apparu très vite que cela impliquerait d’importants travaux de rénovation, particulièrement au vu des réglementations régionales visant à améliorer les conditions d’hébergement. Toutefois, notre concept résidentiel innovant et notre approche holistique vont bien au-delà de cet objectif.

Concrètement, nous devions non seulement répondre à des exigences légales, par exemple sur le plan de l’accessibilité physique, mais également à nos propres attentes, inspirées par les recherches les plus récentes en gérontologie (étude des aspects sociaux, psychologiques, cognitifs et biologiques du vieillissement) et en matière d’habitat. Cela constituait certainement – et constitue toujours – un défi. Mais un beau défi !

Avec quelle innovation vous êtes-vous attaquée à ce problème ?

La façon de vivre des résidents de St. Elisabeth, à Nuremberg, devait autant que possible être définie par les résidents eux-mêmes. Pour nous, il est clair que cette ambition nécessite un environnement social solide, un contact étroit avec d’autres personnes et une aide pour les tâches quotidiennes.

Dès lors, notre première question était de savoir comment créer un espace de vie qui permette aux personnes âgées de déterminer elles-mêmes leur mode de vie. Nous devions éliminer toutes les barrières, et pas seulement au sens physique comme, par exemple, supprimer les obstacles à la salle de bain en utilisant des lavabos au design ergonomique et des douches d’accès facile, équipées de mains courantes.

Nous avons également supprimé toutes les barrières visuelles. Nous avons utilisé pour ce faire un système spécial de couleurs et d’éclairage qui favorise l’orientation, particulièrement pour les personnes atteintes de démence. Ce système améliore leur sentiment de bien-être et de sécurité. Nous avons également choisi un revêtement mural qui, en plus d’être esthétique, contient une structure spéciale qui aide les personnes malvoyantes à trouver leur chemin vers l’extérieur, en se guidant au moyen de signes reconnaissables.

Nous avons, par ailleurs, insisté en permanence sur les conditions de travail de nos employés. Notre approche holistique les inclut bien évidemment. Nous voulons qu’ils se sentent bien pour être en mesure d’apporter une assistance et des soins impeccables.

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur votre entreprise ?

Pouvoir compter sur une banque si intéressée par le contenu de ce que nous faisons était une nouveauté pour nous. En plus de la collaboration à un niveau professionnel, le contact personnel est également important. La Banque Triodos croit en notre concept et cela nous réconforte. Et bien sûr, c’est la Banque Triodos qui nous a permis de réaliser notre projet à cette échelle et avec ce niveau de détail si important.

Ce souci du détail incluait notamment l’utilisation de matériaux de construction et de peintures respectueux de l’environnement, ainsi que des moyens financiers durables. Nous sommes attachés au développement durable – à terme, nous espérons servir d’exemple positif pour le secteur des soins et améliorer encore nos pratiques sur le long terme. Cela signifie que nous partageons les mêmes valeurs que la Banque Triodos. Nous sommes sur un pied d’égalité en tant que partenaires car nous voulons changer les choses.

Quel impact votre entreprise a-t-elle eu sur votre secteur d’activité ?

Il est important pour nous que nos projets génèrent beaucoup d’attention. Autant les médias que le public considèrent notre concept global comme un projet emblématique et nous ont témoigné un grand intérêt. Cela a un peu fait sensation et c’est une bonne chose – pour nous et pour la question d’un hébergement digne et de qualité pour les personnes âgées que nous défendons.

Nous sommes déjà devenus un modèle pour d’autres structures et c’est bien notre but : changer les choses. En alliant fonctionnalité et design, par exemple, nous traçons une voie vraiment unique dans le domaine des soins résidentiels.

Quel a été l’impact local de votre entreprise sur la collectivité ?

Notre projet a aidé à changer le regard sur les maisons de soins résidentielles, que ce soit au stade de la rénovation, du réaménagement ou de la construction. En d’autres mots, en créant volontairement des environnements qui garantissent que les résidents puissent vivre comme ils l’entendent, en autonomie, aussi longtemps que possible. Malheureusement, la réalité est souvent assez différente. Les bâtiments sont modernisés et rénovés sans que personne ne réfléchisse à l’interaction entre les composants individuels et à la manière dont ces ‘améliorations’ peuvent réellement aider les gens.

Nous voulons également créer un momentum dans le secteur social. Nous entrevoyons un grand potentiel de développement dans les prochaines années et décennies en raison de la demande croissante du secteur. Les soins de santé vont générer de nouvelles approches interdisciplinaires – en matière d’architecture, de technologie et de nouveaux médias. On peut espérer que cela mène à une plus grande reconnaissance du secteur social, qui le mérite amplement.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision ?

La Banque Triodos souhaite voir un changement positif dans la société. Ce changement positif, c’est exactement ce que nous voulons aussi. C’est comme le principe de l’engrenage. Nous donnons vie à notre vision d’un monde meilleur en contribuant à la qualité de vie et à l’autonomie des personnes, tout en préservant leur dignité. Nous apportons notre pierre à l’édifice d’un futur positif, tout comme la Banque Triodos.

Nous pouvons atteindre notre objectif de durabilité en collaboration avec la Banque Triodos. Une durabilité qui nous permet, autant que possible, de répondre aux besoins sociaux du futur.