2019 Soins de santé

Quel défi a été la source d’inspiration de votre projet ?

Le Centre Ganspoel a pour mission d'accompagner les personnes atteintes de handicaps visuels et multiples dans un lieu qui leur soit le plus adapté possible.

Le campus central de Ganspoel est magnifiquement implanté à la campagne, mais est également très isolé. En parlant avec les jeunes, nous sommes arrivés à la conclusion qu'un grand campus n'est pas la solution idéale pour combiner école et logement. Ce groupe doit pouvoir prendre part à la vie sociale, comme tous les autres jeunes : ils doivent pouvoir pratiquer un sport dans un club sportif local, aller seul à la boulangerie, sortir prendre un verre ; bref, prendre part à la vie de tous les jours.

Nous estimons donc qu'il faut plutôt relocaliser ce groupe de jeunes dans le centre-ville de Tervuren. Cette relocalisation offre la possibilité de vivre dans le centre-ville, à proximité des infrastructures de loisirs et dans une rue adjacente à la rue commerçante et à la place de l'église.

Quel était l'élément innovant dans la manière de résoudre ce problème ?

L'aspect innovant de ce projet réside dans l'approche du groupe cible. Des projets inclusifs de logement pour adultes existaient depuis plusieurs années. Mais pas pour les jeunes. Les enfants originaires de différentes provinces vont à l'école au Centre Ganspoel, ce qui signifie qu'un hébergement est généralement nécessaire. Afin de fournir une assistance la plus adaptée possible, le projet nécessitait des infrastructures sur mesure et une localisation spécifique.

Quel a été l'impact de l'entreprise ou de l'organisation sur son secteur d'activités ?

Le secteur du bien-être pour les personnes handicapées a subi une mutation importante ; l'accent est mis sur le financement personnel. Dans un premier temps, cette mesure ne s'appliquait qu'aux adultes, mais entre-temps, elle a été étendue aux jeunes. Notre projet a été orienté dans ce sens dès le début et a ainsi rempli une fonction d’exemple dans le secteur.

Quel a été l'impact de l'entreprise ou de l'organisation sur la collectivité ?

Le conseil communal a soutenu notre projet dès le début et a collaboré avec notre équipe. Des bénévoles, comme les instructeurs du club local de judo, ont également reçu des informations sur la manière de pratiquer un sport avec des personnes présentant des déficiences visuelles. Des entreprises locales ont proposé des stages aux jeunes. Les habitants et les sympathisants ont également été invités à l'inauguration du nouveau bâtiment. Les jeunes impliqués ne sont plus appelés les « jeunes de De Pit », mais par leur nom et sont considérés comme des membres de l'association.

Quand le conseil a envisagé des travaux de mobilité, il a consulté notre équipe afin d'aménager des trottoirs pourvus de marquages tactiles permettant d'orienter les personnes aveugles. Il a tenu compte des personnes malvoyantes ou présentant un autre handicap lors de l'installation de nouveaux feux de signalisation.

L'arrivée de groupe de jeunes a eu un impact sur la politique du conseil. Elle lui a été bénéfique, mais cela a également bénéficié à d’autres habitants et visiteurs de la ville, ayant un handicap ou pas.

Quel a été l'impact de la Banque Triodos sur l'entreprise ou l'organisation ?

La Banque Triodos nous a fait confiance et a financé le projet. Dès lors, nous pouvions nous concentrer totalement sur le contenu et la valeur ajoutée pour nos clients.

Nous avons démarré un nouveau projet ; cette fois, sur le campus central du Centre Ganspoel. Nous sommes ravis de pouvoir collaborer une nouvelle fois avec la Banque Triodos. Outre les avantages sociaux, nous souhaiterions nous assurer que le présent projet est durable dans une plus large perspective (par exemple, pour ce qui concerne les techniques et les matériaux utilisés dans le cadre de la construction).

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision dans le cadre de ce projet ?

La Banque Triodos poursuit également l'objectif du projet : favoriser une intégration maximale des personnes ayant un handicap. Je crois que nous y sommes parvenus. Peut-être l'intégration complète est-elle encore un peu prématurée, mais cela est peut-être dû au manque de visibilité dans la société au sens plus large. Mais les jeunes avec lesquels nous collaborons sont totalement intégrés dans la communauté locale.